Le printemps et ses allergies

Le printemps et ses allergies

Le printemps est à nos portes et ceux qui en sont victimes chaque année le savent : les allergies saisonnières se préparent à pointer le bout de leur nez. En effet, elles seront parmi nous approximativement de la mi-mars à la fin juin. Vous devrez donc être plus ingénieux que ces indésirables afin d’éviter qu’elles envahissent votre système immunitaire et qu’elles sabotent vos prochains mois de bonheur sous les doux rayons du soleil printanier.

Qu’est-ce qu’une allergie saisonnière et quels sont les symptômes ?

Il s’agit de notre système immunitaire hypersensible qui réagit de façon excessive et exagérée à des substances, dites sans danger, qui sont spécifiquement présentes au printemps. Le contact avec l’allergène, comme le pollen par exemple, provoque une réaction biologique qui génère d’incontrôlables symptômes. Selon le site du Gouvernement du Québec[1], ces derniers seront variables d’une personne à l’autre et seront vécus plus ou moins intensément :

  • Aggravation de l’asthme, pour les gens qui en souffrent déjà
  • Congestion et écoulement nasal
  • Démangeaison, écoulement, gonflement et rougeur des yeux
  • Éternuements
  • Maux de tête
  • Picotement au niveau du nez, de la gorge et des oreilles

Les symptômes qui perdurent sur une longue période peuvent produire chez certaines personnes des effets secondaires tels que de la fatigue, de l’irritabilité, des problèmes de concentration ainsi que des troubles du sommeil.

Traitements possibles

Plusieurs choix s’offrent à vous lorsque vient le temps de soulager vos symptômes d’allergie. Vous pourriez par exemple vous tourner vers la médecine traditionnelle en vous procurant des médicaments antihistaminiques (Reactine, Benadryl, Claritin). Vous pourriez aussi faire appel à des remèdes de ‘’grand-mère’’ qui sauront peut-être vous aider à réduire certains maux momentanément. Cependant, dans le cas de ces deux solutions, malgré qu’elles soient probablement efficaces, elles ne promettent que de soulager temporairement vos symptômes. Ainsi, contrairement à ces méthodes, les traitements d’acupuncture travaillent à la source du problème, c’est-à-dire à la mauvaise réponse du système immunitaire, afin d’éradiquer l’allergie en question.

L’acupuncture à la rescousse

Ce qui est intéressant avec les traitements d’acupuncture c’est qu’ils agissent afin de prévenir les allergies, ils aident en période de crise et ils contrôlent les symptômes. En effet, si l’acupuncture vous semble un choix judicieux, il vous sera suggéré de commencer les séances avant la période des allergies afin de prévenir les futurs symptômes. L’idéal serait de faire une séance par semaine pendant environ un mois. Si vous ressentez tout de même des symptômes ou que vous avez simplement omis cette première étape, vous pourrez commencer des traitements. Une à deux séances par semaine pendant environ deux à trois semaines seront nécessaires afin de calmer et diminuer vos symptômes. À la suite de ces traitements, il vous sera recommandé de faire quelques séances supplémentaires afin de maintenir votre tout nouvel état de confort.

Aliments à éviter en cas d’allergies saisonnières

Au printemps, les allergies au pollen de bouleau ou d’aulne sont les plus fréquentes. Dans ce cas, il est recommandé d’éviter la consommation de cerises, de céleri, de pommes, d’amandes, de pistaches et de mangue. Pour ceux qui sont plutôt allergiques aux graminées, la recommandation est d’éviter de consommer du céleri, des pêches, des tomates et des melons. En tout temps, il vaut mieux éviter de consommer des produits laitiers, des plats gras, sucrés, épicés, la viande rouge ainsi que des boissons alcoolisées et caféinées.

[1] https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/rhinite-saisonniere-rhume-des-foins#c4515